À peine s’en est allé le remarquable khalife général des tidianes que son fils s’illustre fin politicien jusqu’à préparer l’opinion à son rapprochement au régime du président Macky Sall. « Sans intermédiaire ni commentateur, le rapprochement est envisageable », dit-il. Pas plus tard qu’une semaine, lui-même avisait l’opinion de suivre le maire de Dakar en prison si jamais advenait une manigance politique qui l’y précipiterait. C’en est assez de ces jeux de dupes où s’entremêlent, comme à l’accoutumée, attraction religieuse et aboutissement politicienne. Y’en a marre, enfin.
Le guide, le grand érudit est parti vers les cieux. Nous lui témoignons respect, admiration et reconnaissance pour tout ce qu’il a apporté aux adeptes du théologisme et aux scientifiques. Pour autant, nous ne saurons épargner sa descendance des apports lumineux de ses préceptes de probité intellectuelle. Comment serigne Moustapha Sy, deux jours après le décès de son illustre père, a pu songer politiser ou prolonger l’approche tactique de l’affluence des pouvoirs politiques?
Nous ne pouvons pas, à tout bout de champs, décrier la tendance clientéliste et opportuniste des citoyens ordinaires et passer sous silence cette flagrante transgression aux traditionnels rituels post-funéraires. Ce serait ni honnête ni équitable que de faire semblant, de se conformer à l’autocensure pour ne pas choquer, pour ne pas s’attirer le mécontentement des disciples de bonne foi.
Les nombreux tabous entretenus autour des questions d’ordre religieux ne doivent pas nous acculer à un traitement inéquitable de l’actualité. La réticence des journalistes explique souvent des atteintes au droit du public à l’information. Des actes similaires se sont déjà produits. Les professionnels de la presse ont été tenus en respect à la suite de l’agression sur le journaliste Pape Cheikh Fall par des disciples du marabout Cheikh Béthio Thioune. Pour avoir remis en cause les propos du marabout quant à l’ampleur du soutien apporté à Abdoulaye Wade, candidat à l’élection présidentielle, le journaliste a été attaqué en mai 2006 par sept hommes armés.
La société sénégalaise soumet les médias à une exigence qui entraine une autocensure de fait. Les journalistes s’emploient à respecter un « code tacite de conformisme social » au mépris des règles déontologiques et des libertés démocratiques. Il s’agit de la difficulté à soulever les questions qui traitent de l’islam et plus particulièrement des familles religieuses. Il suffit de donner une connotation religieuse notamment confrérique à une activité politique pour dresser le bouclier contre d’éventuelles critiques de la part des professionnels de la presse.
Sidy Lamine Niass a bien compris ce manège. Quand ses dettes fiscales ou ses redevances ne sont pas acquittées, il crie du haut de sa télé, à tout rompre: « Allahou Akoubar ». Il le sait, ça ameute, ça mobilise les plus sensibles d’entre-nous, le plus grand nombre. Encore là, il est difficile de distinguer s’il agit en politique, en professionnel de la presse, en entrepreneur ou en guide religieux. C’est ça le Sénégal : du tout et son contraire, à la fois et en même temps.
Birame Waltako Ndiaye
[email protected]

PARTAGER

11 Commentaires

  1. N’importe quoi tu ne sait même pas que serigne pape Malick est frère de serigne Cheikh AL Makhtoum et veux nous faire croire que tu maîtrises ce que tu dis. Franchement le ridicule ne tue pas.

  2. IN-CRO-YA-BLE !!! C’est le premier mot qui me vient à l’esprit. Vous avez sciemment et de manière éhontée occulté une partie du discours de serigne Moustapha en plus d’avoir modifié ka teneur de ses propos. Serigne Moustapha n’a jamais fait retourné sa veste. Il a bien précisé que si rencontre devait avoir lieu avec macky, cela serait à condition que khalifa Sall soit libéré. Ce qui témoigne encore une fois de sa fidélité légendaire à ses principes et à ses amis.
    Ensuite il n’a jamais ete question d’accompagner macky, ce dernier a souhaité un entrevue avec le cheikh. En quoi ceci témoigne d’une certaine duplicité du mara ?
    Au mieux vous n’avez pas saisi tout le discours de serigne Moustapha et même cela témoigne d’un certain amamteurisme dans le traitement d’une analyse au pire vous l’avez exprès et à ce propos vous jetez le discrédit sur la fonction de journalisme qui, d’ailleurs ne vaut plus grand chose sous nos cieux…

  3. Vous oubliez que Macky est piètre spécialiste du recrutement abominable des obsèques. Il profite toujours des funérailles pour placer se déplacer dans la maison mortuaire de ses adversaires et placer des mots inappropriés tel que sougnou guisse farataleu. Pourquoi ne se limite il pas à siguil ndinguale comme tout le monde?

  4. C est un peu leger. Le minimum de base factuelle est erroné (Pape Malick frere). J’adore votre plume but I don’t think you got it right this time. Quelle est la place du religieux dans la politique? Retourne en arriere, epouse toutes les perpectives au senegal et ailleurs et republie. J’ai confiance en votre intellect.

  5. Hey may len gnou jamm! Moustapha day diayou! Na bayi Macky té tal deuil bi ! Fanatisme mo yakh Senegal ! Gni sen poches rek lagnoufi nekke ! Sen baaxi maam fonds de commerce lagnou ko def ! Basta waay !

  6. Mélange de genre.
    Les journalistes ne sont pas formés à la question religieuse. Comment peuvent-ils la traiter ? On ne vous a pas demandé de juger les propos de Serigne Moustapha SY, mais de faire preuve d’une analyse juste. Analyser, cela demande de consulter et de convoquer plusieurs éléments et les mettre dans une perspective.
    Vas apprendre et reviens.
    Au Sénégal il y a beaucoup de reporters et un nombre infine de journalistes.

  7. LES RELIGIEUX DOIVENT NÉCESSAIREMENT S’IMPLIQUER EN POLITIQUE !!! Oui, il urge de promouvoir une nouvelle façon de faire la politique, reposant sur l’éthique et la connaissance des ‘’Textes Sacrés’’ (Thora, Évangile, Coran) qui sont une ‘’explication de toutes choses’’, et d’œuvrer donc pour un véritable partenariat entre le temporel et le spirituel (Cor. 16 : 89-90 – Les Abeilles – An-Nahl). Oui, l’implication des religieux dans la politique est plus que nécessaire pour l’agencement d’une cité juste, car c’est avant tout un problème de changement de comportement moral (Cor. 13 : 11 – Le Tonnerre – Ar-Ra’d). Et là, les hommes politiques laïcs ont véritablement montré leurs limites. Il urge donc de réformer la vision du monde que l’Occident nous a inculquée et imposée depuis plus d’un demi siècle – Une vision ‘’antéchristique’’ et donc ‘’borgne’’ ! Oui, nous devons fondamentalement revenir aux valeurs de notre noble religion – l’Islam, en l’occurrence, et qui ne sont guère différentes de celles prônées par les autres religions monothéistes (Christianisme et Judaïsme).
    Il est inadmissible que l’idéologie laïque (‘’anticléricale’’) que le colonisateur nous a laissée continue de prospérer dans notre pays, musulman à plus de 95%, alors que les religions ont vocation d’expliquer le monde (Cor. 6 : 154-157 – Les Bestiaux – Al-An’âm) ; cela est manifestement irrationnel et antidémocratique – car la démocratie, il faut le reconnaître, c’est essentiellement une affaire de rapports de forces (loi de la majorité), avec la garantie des droits fondamentaux pour les minorités – ce que garantit explicitement toutes les religions monothéistes. Et c’est dire qu’il faut nécessairement réformer notre Constitution, dans une perspective de ‘’dé- laïcisation’’ ; sinon, point d’émergence !!! Non ! Comment nos hommes politiques pourraient-ils réussir, en mettant Dieu entre parenthèses ?
    https://docs.google.com/document/d/18vHemkv-EB76jlNxUbz1isalwEWLo8GLslTQ2tGOAUI/edit?usp=sharing

  8. sougnou beugeué sinou sénégal diake même sougnouy critiquer kilfeu nagneko téke thi objèctivité .boul saga boul wakh lou gnaw . ki déf article bi yagun’a critikté serigne moustapha sy mais c ça la vie même yonetbi gnepe beugou niouko

  9. les politiciens sont plus honnêtes ils sont sincères avec nous, ils sont là pour foutre en l’air notre Sénégal. Ils nous le disent, ils nous le montrent. Mais ces soit disant SERIEGNE qui ont la même mission que les politiciens se cachent derrière la religion qu’ils pratiquent très très mal et n’enseignent rien à leurs disciples qui nagent dans une ignorance totale. Ils vivent dans un confort insolant en escroquant leurs pauvres ignorant talibé. De vrai arnaqueurs de classe mondiale.

  10. les politiciens sont plus honnêtes ils sont sincères avec nous, ils sont là pour foutre en l’air notre Sénégal. Ils nous le disent, ils nous le montrent. Mais ces soit disant SERIEGNE qui ont la même mission que les politiciens se cachent derrière la religion qu’ils pratiquent très très mal et n’enseignent rien à leurs disciples qui nagent dans une ignorance totale. Ils vivent dans un confort insolant en escroquant leurs pauvres ignorant talibé. De vrai arnaqueurs de classe mondiale.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here