XALIMANEWS : Le professeur Songué Diouf, est excédé par le «faible» niveau des élèves et du système de façon générale, à quatre jours des épreuves anticipées de Philosophie prévues vendredi prochain. Il prenait part à une révision générale de philosophie à Kaolack.

D’abord, dit-il, «le quantum horaire n’a jamais été respecté. C’est des gosses qui viennent par exemple de la sixième à la terminale- c’est dramatique mais il faut oser le dire- sans jamais avoir fait cinq mois de cours dans une année scolaire. Mais comment voulez-vous que le niveau reste celui qu’il était ? Ce n’est pas possible !»

Ensuite, relève le professeur de philosophie, «l’autre facteur le plus essentiel, c’est le système lui-même». «On a commencé à tuer l’école et, on a commencé à penser qu’on n’a pas besoin d’être formé pour exercer ce métier. C’est valable même chez vous les journalistes, avance-t-il. N’importe qui traîne dans la rue, micro en main : ‘je suis journaliste’. N’importe qui, craie en main, rassemble des élèves dans les classes : ‘Je suis enseignant’. N’importe qui met une blouse : ‘Je suis infirmière’.»

«Cela veut dire, tranche-t-il, que c’est le système en tant que tel qui est vicié parce que les écoles de formation classiques, on les a tué. Avant pour devenir instituteur, vous avez cinq bonnes années de formation. C’est pourquoi les instituteurs, c’est les premiers et les meilleurs cadres de ce pays-là.»

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here