Devant les dirigeants des pays du G5-Sahel qu’il avait conviés à Pau (sud-ouest de la France), le président français Emmanuel Macron a vivement dénoncé, le 13 janvier 2020, les discours « indignes » qui alimentent les critiques antifrançaises au Sahel. Selon lui, ces discours servent des « puissances étrangères » qui ont « un agenda de mercenaires ». La Russie est implicitement visée par ce discours. Le terme de « mercenaires »évoquant particulièrement les activités du sulfureux groupe paramilitaire russe Wagner. Lequel est accusé de mercenariat et suspecté d’appartenir à Evgueni Prigojine, un homme d’affaires proche du Kremlin.


« Les discours que j’ai pu entendre ces dernières semaines sont indignes (…) parce qu’ils servent d’autres intérêts, soit ceux des groupements terroristes (…), soit ceux d’autres puissances étrangères qui veulent simplement voir les Européens plus loin, parce qu’elles ont leur propre agenda, un agenda de mercenaires », a dénoncé le président français. Il a affirmé que « l’armée française » se trouvait au Sahel « pour la sécurité et la stabilité », pas pour « d’autres intérêts ».

« Que ces gens-là disent qui se fait tuer pour leurs enfants ! »

« J’entends beaucoup de gens qui disent tout et n’importe quoi. Demandez-vous par qui ils sont payés, demandez-vous quels intérêts ils servent. Moi, j’ai mon idée », a répondu Emmanuel Macron à un journaliste malien. Ce dernier lui avait rapporté les doutes d’une partie de la population de (…)

Yahoo

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here