A mes compatriotes

Dans l’impossibilité d’avoir un candidat pour le Parti Démocratique Sénégalais, j’ai lancé un appel à ma famille de cœur et de sang, en vue de sauver l’héritage et le patrimoine du Sopi, dont le leader Maître Abdoulaye WADE qui a autant fait pour le Sénégal et l’Afrique, en matière de démocratie, de progrès social, économique et culturel.

A cet effet, je pense pouvoir être le candidat de consensus pour réunir la famille libérale qui s’est fissurée depuis le départ de Me Abdoulaye Wade, mais également les déçus du régime actuel.

Par ailleurs, je tiens, ici, à démentir fermement et formellement les rumeurs entretenues par des gens bien identifiés qui me présentent comme un allié du régime de Macky Sall. Ce fake news est souvent glissé dans les médias et discuté dans les places publiques.

Je suis un homme d’Etat averti et un financier doublé d’un manager. Il est donc évident qu’avec mon carnet d’adresses, je puisse aider le Gouvernement de mon pays. Ce que j’ai d’ailleurs fait autant de fois qu’on me l’a demandé. Toutefois, aujourd’hui, mon ambition est de solliciter le suffrage de mes compatriotes à la prochaine élection présidentielle. Je ne suis pas nihiliste pour peindre en noir les réalisations faites par le président Macky Sall dans des domaines variés, à l’image de ses prédécesseurs que sont Léopold Sédar SENGHOR, Abdou DIOUF et Abdoulaye WADE. Cependant je compte faire mieux qu’eux si les sénégalais me font confiance. Car beaucoup de choses reste à faire et il urge de procéder à un redressement au niveau de la gouvernance judiciaire, économique, sociale, sécuritaire, environnementale entre autres.

Avec mon équipe, nous travaillons nuit et jour pour créer notre parti dont l’idéologie s’appuiera sur le Libéralisme Social d’où son nom de parti pour un Libéralisme Social Sénégalais (LSS). Mes équipes ont déjà investi régions, départements, communes et villages et quartiers du Sénégal.

Au-delà de mon parti, je compte mettre sur pied une large coalition politique avec des femmes et des hommes qui épousent ma Vision pour une Nouvelle République. Je tends la main à toutes les filles et tous les fils de ce pays de quelque bord qu’ils se situent : paysans, enseignants, personnels de santé, universitaires, cadres de l’administration; mécaniciens, journalistes, chauffeurs, avocats, sportifs, hommes et femmes de culture, personnes vulnérables, étudiants, élèves, chômeurs etc… Aussi, je renouvelle mon appel à mes sœurs et frères libéraux du Pds.

Ma Vision pour le Sénégal est claire. Elle propose des réformes majeures dans les secteurs de la justice, la santé, de la sécurité, de l’éducation, de la culture, du sport, de l’agriculture, de l’énergie des mines, des sciences et des technologies avancées, de la diplomatie, de l’administration publique dans un véritable Etat de droit. Le moment venu, nous dévoilerons les contours de ma Vision pour le Sénégal et l’Afrique.

J’entends bâtir une nouvelle République où le Citoyen sera au centre de toutes les préoccupations. J’entends siffler un nouveau départ pour le redressement du Sénégal J’entends mettre en œuvre un projet de société accès sur le Citoyen.
Je m’engage à mettre le Sénégal en mouvement, à atténuer la souffrance de mes compatriotes.

Si les Sénégalais me font confiance, je m’engagerai à faire plus et mieux que mes prédécesseurs avec une équipe de patriotes compétents, rigoureux, épris de paix et justice capables de donner au Sénégal sa varie place dans un monde en perpétuelles mutations.

A propos du processus électoral, j’invite le Président de la République à retirer le projet de modification de la constitution et du parrainage et à engager des concertations sérieuses et honnêtes avec l’opposition dans sa majorité. Un processus électoral inclusif et consensuel peut rétablir une relation de confiance entre les acteurs, seul gage de validation des résultats qui seront issus de l’élection présidentielle de 2019.

ENSEMBLE POUR UNE NOUVELLE REPUBLIQUE

Fait à Dakar, le 15 Avril 2018

Samuel Ahmet SARR

Ancien Ministre d’Etat,

Candidat à la présidentielle de 2019

3 Commentaires

  1. Actuellement, il n’y’a qu’une seule voie pour redresser notre pays au bord du chaos. Oui ! Je reste convaincu – à l’instar des vrais croyants, toutes confessions et toutes obédiences confondues, qu’on ne peut pas édifier une cité juste, paisible et prospère, en dehors de Dieu – l’Omniscient et l’Omnipotent. Et en vérité, il devient de plus en plus évident pour beaucoup d’intellectuels musulmans qu’il faut nécessairement changer de paradigme pour pouvoir élucider les problématiques de l’heure. Oui, il faut une autre approche inspirée de la Religion pour pouvoir décrypter la situation chaotique actuelle que l’approche laïque républicaine ne peut plus appréhender, du fait d’une faiblesse structurelle liée à l’exclusion de la dimension spirituelle dans son champ d’investigation et d’intervention ; en effet, la laïcité, celle que nous avons héritée du Colonisateur, c’est, en d’autres termes, ‘’Dieu entre parenthèses’’ (ou ‘’Tout sauf Dieu’’) ; et c’est dire qu’elle renferme, en elle-même, les germes de son autodestruction, à plus ou moins long terme – Il ne peut pas en être autrement, car toute édification, en dehors de Dieu est inexorablement appelée à la destruction (Cor. 29 : 41-43 – L’Araignée – Al-Ankabût). Ainsi, en se détournant délibérément des commandements d’Allah et de la Tradition du Prophète (PSL) – notre modèle parfait et éternel maître à penser, nos hommes politiques ont refusé le véritable développement et choisi la voie de la perdition ; en témoigne le fait que depuis plus de cinquante ans, aucun homme politique n’a véritablement réussi sa mission ; et ce n’est pas ce gouvernement là qui fera l’exception, malgré toutes les promesses faites sur l’émergence. Il urge de réformer notre vision du monde (au plan politique, économique et social) et de la conformer à la perspective que notre noble religion nous a explicitement tracée. Oui, rompre avec l’option laïque et changer de comportement (moral) ou périr !!! Un débat sur la laïcité s’impose !!! [Une voie obligée pour réorienter notre pays sur la véritable voie de l’émergence – bref, un autre destin pour le Sénégal !!! https://docs.google.com/document/d/1b10_7VPMx4LRYd2AhopT3uyMuIFBuTjJI0UzfbHtFqU/edit?usp=sharing

  2. Deguit !!! c’est la voie obligée pour gommer out ce que la laïcité a imposé à 98% de musulmans.
    faut-il rappeler le but de la laïcité?
    «  »Pour découvrir la vérité, il faut aller plus loin que ces rodomontades de tribune, bien sûr.
    Pénétrons plus en avant dans la pensée profonde et secrète de certains hommes politiques de ce temps.
    C’est l’inspecteur Dequaire Grobel qui déclare en 1896 : « le but de l’école laïque n’est pas d’apprendre à lire, à écrire et à compter, c’est de faire des libres-penseurs .
    L’école laïque n’aura porté ses fruits que si l’enfant est détaché du dogme, s’il a renié la foi de ses pères.
    L’école laïque est un moule où l’on jette un fils chrétien et d’où s’échappe un renégat. »
    C’est Jules Ferry écrivant ! « Nous voulons organiser l’humanité sans Dieu. »

    L’une des étapes les plus importantes de la visite d’Emmanuel Macron au Sénégal, c’est le sommet dédié au partenariat mondial pour l’Education accueilli par le centre international de conférence Abdou Diouf (CICAD). Rencontre qui a suscité beaucoup de commentaires eu égard à la participation de la star américaine d’origine barbadienne, nommons Rihanna.
    Pour le Collectif non à la franc-maçonnerie et à l’homosexualité, la chanteuse est porteuse d’un projet aux fins de dévier la jeunesse sénégalaise, à travers l’éducation.
    Si la chanteuse et le président français ne sont pas passés aux aveux, ça semble être le cas avec un chroniqueur franco-américain qui travaille à la chaine française CNEWS (ex I-TÉLÉ) dont une équipe a accompagné Emmanuel Macron.
    Harold Hyman puisqu’il s’agit de lui, croit savoir qu’il y a un « calcul » derrière cette mobilisation mondiale en faveur de l’éducation dans les pays en voie de développement. « Si la jeunesse africaine et surtout en zone musulmane est laissée à elle même – le Sénégal un pays de 9/10 musulman -, ça va être des madrasas (écoles coraniques) financées par des fonds saoudiens qui vont éduquer les jeunes. Et il ne faut pas que ça arrive. Si ça arrivait, on aurait une espèce d’Afghanistan ou quelque chose du genre et on ne veut pas ça », a expliqué le chroniqueur américain. Ce qui a eu le don d’irriter les salafistes sénégalais sur le web. La vidéo est largement partagée par ces sunnites pour qui, l’objectif du président français est de combattre l’enseignement coranique au Sénégal.
    Rappelons que la contribution de la France au Partenariat mondial pour l’éducation est passé de 17 à 200 millions d’euros. « Si cet investissement n’est pas fait, cette jeunesse deviendra le problème de demain (…) avec des risques de bascule vers l’obscurantisme ou la violence », s’est justifié le président français à Dakar.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here