C’est presqu’anecdotique qu’entre Aliou Sall et sa belle-sœur de Première Dame, les relations, malgré les dénégations, n’ont jamais été un long fleuve tranquille. L’affaire Sall, frère consanguin du président de la République, dessine les lignes de fracture voire prolonge sur le champ public une inimitié née il y a longtemps. Le fait est rare pour être souligné. C’est peut-être l’une des rares fois que les Sénégalais, dans un débat qui tient tout le pays en haleine, ne lâchent pas le morceau. Née en plein mois de Ramadan, la polémique sur l’affaire Pétro-Tim a survécu, en effet, à la Korité. Depuis, elle prend de l’ampleur. Ce, alors que, de coutume, l’homo senegalensis est considéré comme amnésique, prompt à passer l’éponge. Une attitude à la confluence entre ses propres croyances et le difficile quotidien. S’il en a été autrement, aujourd’hui, c’est peut-être dû à la fois à l’ampleur des sommes en jeu et à la sensibilité de cette affaire qui met en scène le propre frère du président de la République. Justement, la famille occupe une place centrale dans ce débat qui exhale de forts relents de règlement de comptes. D’aucuns vont même jusqu’à soupçonner la prolongation sur l’espace public d’un conflit interne à la famille Faye-Sall. Et là la ligne Maginot est claire avec une sorte de couloirs étanches entre les deux familles. Ce qui permet à Aliou Sall, dans le pétrin, de compter ses amis. Ce qui est constant, c’est que ceux qu’Idrissa Seck affublait du sobriquet de «dames de compagnie» de la Première Dame ont déserté les plateaux de télés. Le seul qui, jusque-là, a porté son gilet pare-balles pour aller au front n’est personne d’autre que Yakham Mbaye. Directeur général du quotidien national Le Soleil, ce dernier est presqu’un membre à part entière de la famille d’Aliou Sall. Pourquoi ? Petite piqûre de rappel ! Une collaboration entre les deux, fin des années 90, début des années 2000, au sein du Groupe Com 7, a forgé cette relation qui a résisté au temps. Alors qu’Aliou Sall avait des soucis dans la famille de son frère aîné, c’est Yakham Mbaye qui l’a accueilli chez lui. La mère d’Aliou Sall lui en sera infiniment reconnaissante. Elle adopte Yakham Mbaye comme son propre fils et membre à part entière de la famille Sall. En retour, l’actuel Dg du Soleil a donné le nom d’une de ses filles à la maman d’Aliou. Cette relation cimentée par tant de péripéties fait naître des vocations. Yakham Mbaye assume celle de défenseur attitré des intérêts de son frère presque jumeau, Aliou Sall, empêtré dans ce scandale qui l’éclabousse. Pendant qu’il est lâché de partout, scandale dans le scandale comme dans une affaire à tiroirs, le ministre-conseiller en communication du président de la République, censé officieusement porter la parole de celui-ci, brise la ligne de défense du maire de Guédiawaye qui avait nié l’existence d’un virement de 250 mille dollars dans les comptes de sa société, Agritrans. El Hadj Kassé, sciemment ou inconsciemment, lance une bombe sur le plateau de Tv5 en prenant son contrepied. Sans conséquences. Pendant que les autres se terrent, Yakham, ami, «pour le meilleur et pour le pire», signe un texte au vitriol pour s’en prendre violemment à Kassé. Au même moment, les habitués des plateaux télés et réseaux sociaux intriguent par leur silence. Mame Mbaye Niang, Moustapha Diakhaté, Alioune Fall, etc. sont aphones. Ils ont comme dénominateurs communs d’être dans le premier cercle de la Première Dame. Lui-même réputé fidèle parmi les fidèles, Moustapha Cissé Lô, connu pour son tempérament volcanique, s’est révélé, hier, un agneau dans la défense d’Aliou Sall. Hormis un bouclier de principe et exprimé du bout des lèvres, El Pistolero, invité du Grand Jury, a même appelé les autorités administratives à autoriser les manifestations pour…justement exiger la lumière dans l’affaire. Quid de la famille nucléaire ? Aucun de ses membres n’est visible sur le champ de bataille. Frère de Marième Faye Sall, Mansour Faye a donné sa langue au chat. Il semble avoir trouvé pain béni dans cette affaire. Pour rappel, il avait été accusé par Le Canard Enchaîné d’avoir reçu de la compagnie Suez cinq camions de ramassage d’ordures au profit de la ville de Saint-Louis dont il est le maire, en pleine procédure d’attribution du marché de l’eau à laquelle Suez est partie prenante. Le lien entre les deux affaires n’est pas évident. Mais, il donne des idées sur une certaine répartition des rôles. Walfnet-Ibrahima ANNE

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here