L’année 2022 marquera à jamais l’histoire du Sénégal avec deux grands rendez-vous : la tenue des Jeux olympiques de la jeunesse et le début de l’exploitation commerciale de notre pétrole et gaz.

Jamais un pays africain n’avait encore organisé de Jeux olympiques. Cet insigne honneur qui nous a été fait doit être mérité par une organisation sans faille et le gain de médailles par nos athlètes. L’organisation sans faille est de la responsabilité du Comité d’organisation dirigé par M. Ibrahima Wade et le gain des médailles est du ressort du Comité national olympique sénégalais (CNOSS) commandé par M. Diagna Ndiaye. Leurs responsabilités historiques sont engagées.

Quatre mille athlètes sont attendus, un stade et un village olympiques doivent être construits, le stade Iba Mar Diop et la Piscine olympique du Point E doivent être réhabilités. Le budget total des JOJ est de 75 milliards FCFA, dont trente à la charge du CIO, trente pour le Sénégal et les quinze milliards restants devant faire l’objet de négociations entre les parties.

Il est important de rappeler que la réussite et le succès dans l’organisation d’un tel évènement ne sont jamais le fruit du hasard. Ils nécessitent une planification rigoureuse, un travail acharné sur le terrain, une implication du plus grand nombre et un suivi-évaluation de tous les instants.

Le début de l’exploitation commerciale du pétrole et du gaz sénégalais est un autre fait marquant de 2022 suite à la découverte, entre 2014 et 2017, de réserves pétrolières et gazières s’élevant à plus d’un milliard de barils de pétrole et à environ 1.100 milliards de m3 de gaz (à partager en majeure partie avec la Mauritanie). Cent mille barils par jour sont attendus pendant trente ans.

Nos hydrocarbures doivent être une bénédiction et non une malédiction. Pour cela, le président de la République a déjà posé de remarquables jalons : concertations nationales sur le pétrole et le gaz, nouveau code pétrolier, loi sur le contenu local, institut de formation, ouverture du Comité d’orientation stratégique (COSPETROGAZ) à l’opposition et la Société civile.

Ainsi, nous avons rendez-vous avec l’Histoire en 2022 avec l’organisation des premiers Jeux olympiques en terre africaine et le démarrage de l’exploitation commerciale de nos hydrocarbures. Tout le monde a l’obligation de jouer sa partition de la meilleure des façons et de se mettre sérieusement au travail : les gouvernants dans la compétence et l’intégrité, les citoyens dans la participation constructive et l’exigence de résultats performants. Nous pouvons saisir ces opportunités pour installer résolument notre pays sur la rampe de lancement de l’Emergence au bénéfice du plus grand nombre. A défaut, des occasions qui risquent de ne plus jamais se représenter seront manquées et les générations suivantes nous jugeront tous très sévèrement.

Mamadou Sy Tounkara

Conseiller spécial du président de la République du Sénéga

6 Commentaires

  1. Les gens meurent de faim et tu nous parles de jeux olympiques que personnait ne connait. Tounkara t’ es vraiment un imbecile, dame de compagnie de Macky. Tout ce cirque a la tele pour trouver un poste et devenir un laudateur de Macky. Yaye mbam khoukh. Honte a toi.

  2. Monsieur vous ne parlez pas de la salete de dakar et de ses environs une ville répugnante avec des ordures à chaque coin de rue , des canalisations à ciel ouvert qui sont d’une puanteur « redoutable » . Monsieur il faut se rendre l’évidence que dakar est la ville la plus sale d’Afrique de l’ouest . Il faudra nettoyer notre merde avant de recevoir les jeux , alors il faudra le dire à maky vous monsieur le conseiller merci .

  3. Dakar est une ville très sale la ville la plus sale d’Afrique de l’ouest. Alors nettoyons notre merde avant de vouloir recevoir tous ces gens , pauvre senegal quelle honte cette salete, ces ordures partout, des canalisations qui puent la mort des gens qui pissent et crachent partout , quelle honte notre pays si sale !

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here