Sans doute, les sujets abordés, -la paix menacée dans Sud du Sénégal par la polémique sur l’exploitation du zircon-,dérangent au plus haut niveau. Parce qu’après le dernier live très suivi sur ce thème, où PétroTeam Monde a fait intervenir, Moustapha Faty, le chargé des relations extérieures du comité de lutte contre l’exploitation du zircon en Casamance, le groupe d’activistes a été victime «signalements abusifs». Tentatives de faire couler qui arpente ces terrains défendus ?
Des coupures à n’en plus finir, un direct rythmé par des interruptions, presque toutes les vidéos signalées et des signalements comme contenu indésirable ou ne devant pas figurer sur facebook ; c’est le moyen que certains ont trouvé pour le moment, pour essayer de faire taire les activistes qui abordent les thématiques interpellant directement le pouvoir au sujet de la gestion des ressources minières, du pétrole et du gaz sénégalais. «Le direct a été dénoncé un grand nombre de fois par des anonymes. Je n’ai jamais reçu autant de notifications sur le compte au cours de ce direct. J’en ai tellement reçu que je ne savais plus quoi en faire» confirme Cheikh Sadbou Kébé, le présentateur. Qu’est-ce qui dérange en particulier, dans ces lives ? On sait que récemment, il a été question de graves révélations sur la franc-maçonnerie dans l’élite politique dirigeante sénégalaise. Le nom de la loge du président Macky Sall a été révélé ainsi que celui d’Ousmane Tanor Dieng secrétaire général du PS.
Cette fois-ci, il était question dans la première partie, de l’exploitation du zircon dans la zone Sud du pays, précisément à Niafrang, où l’Etat se heurte à la désapprobation des populations constituées en un comité pour défendre leurs intérêts menacée par une telle entreprise. Elles ne veulent pas l’exploitation du zircon à Niafrang. Et, Moustapha Faty, leur chargé des relations extérieures d’expliquer : «ce sont 5o mille hectares de terre dans une zone érigée en air marine, en écologie des zones menacée en principe et où les ressources animalières et végétales sont très protégées, qui sont en jeu. Ce ne serait pas raisonnable de refuser l’exploitation du zircon. Mais d’abord il faudrait répondre à deux questions majeures. À qui profitera le zircon, et sur quelles bases cela se fera. Car, nous risquons d’être délogées, d’être expropriés de nos terres, obligés d’abandonner nos activités dans la zone concernée», avant de renchérir que ce qui intrigue le plus les populations de Niafrang : «c’est l’omniprésence de l’armée qui sillonne la zone concernée. C’est cela que nous ne comprenons pas, que fait l’armée sénégalaise soit là-bas et pourquoi elle y est ?». Une présence de l’armée, perçue donc comme une tentative d’intimidation. Est-ce que le zircon vaut la peine de réveiller les démons de la guerre ?
Et dans l’autre moitié du live, comme d’habitude, l’actualité politique a été abordée. Et, en résumé concernant cette dernière partie, le député Ousmane Sonko a été cité. En fait, il est perçu comme celui qui porterait au mieux à l’hémicycle, ce combat des populations de la Casamance, contre l’exploitation du zircon. Évidemment, certains sceptiques le voient mal porter tout combat tout seul face à adversaire aussi puissant. Il sera seul face au moins à, «125 moutons à l’Assemblée Nationale au service de Macky Sall»

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here