L’aviation russe a mené ce vendredi une vingtaine de raids contre des cibles rebelles et jihadistes dans les provinces de Hama, Idleb et Alep. L’Observatoire syrien des droits de l’homme fait état d’au moins dix morts civils et de dizaines de blessés.

Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

Les avions russes n’ont presque pas quitté, ce vendredi, le ciel des provinces de Hama, Idleb et Alep, dans le nord de la Syrie. Les chasseurs-bombardiers ont mené une vingtaine de raids, concentrant leurs frappes sur Idleb, une région entièrement contrôlée par Hayaat Tahrir al-Cham, l’ancienne branche d’al-Qaïda en Syrie.

Des positions militaires, mais aussi des zones résidentielles ont été prises pour cible, faisant des morts et des blessés parmi les combattants et les civils.

Dans le même temps, l’artillerie de l’armée syrienne a tiré des dizaines d’obus et de roquettes sur les régions contrôlées par les jihadistes, notamment Hama et Idleb.

Cette escalade intervient au lendemain du bombardement par des groupes jihadistes de la ville côtière de Lattaquié et de la base aérienne russe de Hmeimim. Plusieurs roquettes se sont abattues jeudi, sur ces régions considérées comme des fiefs du pouvoir syrien.

La trêve conclue sous le parrainage de la Russie et de la Turquie, en septembre dernier, à Hama et Idleb, est violée quotidiennement. L’aviation russe, qui avait cessé ses raids pendant trois mois, a repris ses sorties depuis que les jihadistes ont pris le contrôle total d’Idleb, en janvier.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here