Xalimanews- le collègue du CNRA s’est réuni le 26 avril dernier pour délibérer et rendre public son avis trimestriel (janvier février-mars 2018) sur les programmes audiovisuels au Sénégal. De nombreux manquements et autres dysfonctionnements ont été constatés particulièrement sur la revue de presse, la manière de couvrir certains combats de lutte et le traitement des informations portant sur les femmes et les enfants.
Le Conseil National de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA) bannit le comportement de certains journalistes et autres animateurs du milieu audiovisuel. Il s’agit particulièrement de l’attitude de certains journalistes spécialistes de revue de la presse et reporters de lutte qui, selon le CNRA,
transgressent les règles d’éthique et de déontologie qui régissent la profession de journaliste. Le Collège des conseillers du CNRA déplore en effet les propos laudatifs et/ou politiques lors de la couverture des combats de lutte et/ou d’autres émissions culturelles ou sportives. En ce qui concerne la revue de presse, certainement le genre journalistique le plus adulé des Sénégalais, l’organe de
régulation de l’audiovisuel a décrié le fait que durant la revue de presse, certains médias en
reprenant systématiquement des termes empruntés à la presse écrite, participent à l’amplification des propos et d’attitudes inappropriés… Hormis la théâtralisation de la revue de presse, le CNRA a relevé d’autres manquements à l’éthique et à la déontologie comme le non respect de la vie privée, de l’honneur et de l’intégrité de la personne humaine.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here