XALIMANEWS : Libération révélait qu’à la suite d’une information judiciaire ouverte par le parquet de Dakar dans le cadre de l’affaire de tentative de blanchiment de capitaux portant sur 7, 5 milliards de Fcfa avec 1, 7 milliards déjà volé à la Versus banque de cote d’ivoire suite à un piratage, tous les mise en cause présumé avaient été inculpés et placés sous mandat de dépôt. Parmi eux, Babacar Ndiaye (chef de l’agence banque islamique des almadies), Algassoum Ndiaye (chef de l’agence banque islamique de Pikine), Amadou Mactar Ndiaye (chef de l’agence UBA du port) et Ababacar Thiam, chargé de la clientèle au niveau de l’agence UBA du port. L’homme d’affaire Meissa Ndiaye Séne, le Paton d’Egim Sa qui a était le principal bénéficiaire de la fraude a été aussi écroué en même temps que son associé Abdou Aziz Gning et Lamine Camara, directeur général d’atlantique South Africa Sarl. Un dossier pendant devant le doyen des juges d’instruction Samba Sall.

D’ailleurs, le magistrat instructeur qui a débuté ses auditions dans le fond, a refusé la liberté provisoire à Abacar Ndiaye et Amadou Moctar Ndiaye , respectivement chef d’agence de la Bis des Almadies et chef d’agence de UBA du port. Par on se sait comment, cette information, communiqué aux avocats des mis en cause présumés conformément à la loi, est parvenu à Pape Dema Sow, un escroc téméraire élargi récemment de prison après s’être fait passer pour un officier de la gendarmerie. Et ce dernier n’a pas hésité à se faire passer pour le doyen des juges avant de contacter les deux banques en question en leur faisant croire qu’il serait prêt à (finalement) accorder la liberté provisoire aux deux mis en cause contre versement d’argent. Les banques ont –elles cru à la légende de l’escroc ? On ne le sait pas pour le moment. Par contre les familles des concernés qui veulent coûte que coûte que ces derniers recouvrent la liberté, sont passées à la caisse.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here