Le coordonnateur du forum civil, Birahim Seck n’a pas caché sa déception au terme de la conférence de presse de Babacar Ngom.

«Nous avons assisté à un exercice  de reconstitution  d’une image. Mais également,  à un exercice  de culture d’émotion. Je pense que ce n’était pas le but du jeu.

Le but du jeu c’était d’éclairer la lanterne des sénégalais sur le contentieux foncier qui intéresse les populations de Djilakh et de Ndengler qui sont, encore une fois, unies et indivisibles.

L’autre aspect, c’est qu’on ne peut pas se targuer d’avoir une légitimité et avoir les populations à dos. Si la légitimité était d’un côté,  les populations de Ndengler et de Djilakh ne se soulèveraient jamais.

Également on ne peut pas se targuer d’avoir une légalité personne au monde ne peut  se targuer d’avoir une légalité en abusant de la confiance d’un groupe.

Nous au forum civil, tan que les populations de Ndengler et de Djilakh le souhaitent, notre organisation sera à leur côté. Mais toutes les décisions leur appartiennent, elles n’appartiennent pas au forum civil».

Igfm

3 Commentaires

  1. Ce Birahim Seck est un vrai nafekh, au lieu d’etre equidistant des parties il prend faits et causes pour Ngueler alors que Djilack ou se situent les terres sont d’accord avec ce projet.
    C’est quand même extraordinaire, ces gens qui ne paient pas d’impots (ONG) vivent de la soffrance des populations comme fond de commerce pour aller quemander des subventions. Donc la paix ne les interesse pas, il faut qu’il y ait des secousses sociales pour alimenter leur banque de données de charité.
    les paysans que Ngueler traversent des centaines d’hectares vierges pour aller réclamer des terres que Sedima a aménagées à cout de milliards depuis 2012. Seck, tu n’es pas un patriote, tu dois avoir honte: il faut aller travailler plutot que de tendre la main; Tchimm

  2. C est de la malhonéteté intelecto. Devant les preuves et documents brandit par ce monsieur dites nous au moins ce que vs proposer au lieu d instrumentalalisé ces populations, vous du suposé forum civil croyez détenir TOUTES LES VÉRITÉS.

  3. Babacar Ngom a clairement exposé tout le processus juridique et administratif qui l’a amené à invertir dans la commune rurale de Djilakh (et non Ndengler). Arrêtez votre nafèkhe et votre ignane car Personne ne peut lui reprocher la moindre entorse dans la procédure et c’est clair maintenant qu’il n’a jamais spolié les terres de paysans de Ndengler. Même les élus locaux de Ndiaganiaw ont publiquement soutenu qu’ils lui ont affecté 300 ha sur délibération publique ! Alors que voulez-vous ? Arrêtez de réagir par émotion nègre et par sensiblerie ! La vraie question est si les assemblées locales élues ont le droit de délivrer des bails d’exploitation économiques à des entrepreneurs nationaux ou étrangers ? C’EST ÇA LA VRAIE QUESTION car tout part de la base ! Ce qu’il faut exiger fermement c’est la justice et la transparence dans l’octroi des autorisations d’occupation des terres rurales. Plusieurs investisseurs nationaux ont le même problème que Babacar Ngom dans presque tous les départements du pays et c’est pas normal, alors que ces gens seraient accueillis les bras ouverts dans tous les autres pays d’Afrique. Au Rwanda, au Maroc ou en Ethiopie ce sont des centaines de villages entiers qui ont été rasés et les populations ont été indemnisées et relogées ailleurs. C’est une pratique courante dans le monde actuel ! En Chine des millions de villageois ont été déplacés pour laisser la place à des implantations agro-industrielles ou des grandes infrastructures. Comment critiquer Babacar Ngom avec tous les besoins d’emploi qu’on connait dans notre pays ?? Les nécessités économiques actuelles et les réalités et les potentialités de chaque État justifient amplement ces réaffectations de terres rurales ! Mais au Sénégal on ne travaille pas et ne laisse jamais les autres travailler ! C’est notre coronavirus dans ce pays ! Même quand quelqu’un réussit, on fait TOUT pour qu’il rechute ! Pourquoi cette méchanceté ? Ce n’est pas rien que la Corée du Sud avec qui nous étions égal en 1960 a aujourd’hui un indice de développement 100 fois supérieur au Sénégal…

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here