XALIMANEWS : Sous la présidence d’Abdoul Mbaye, le Bureau politique de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail (ACT) s’est réuni par visioconférence. Entre autres sujets abordés, la gestion chaotique de la crise sanitaire provoquée par la Covid-19, les couacs notés dans la distribution de l’aide alimentaire mais aussi la pénurie d’eau qui touche fortement Dakar.
« Examinant l’actualité nationale, le Bureau politique regrette l’échec noté dans la gestion de la pandémie Covid-19. Dénonçant les insuffisances d’un plan global de communication qui n’est pas parvenu à convaincre les populations de l’importance des risques et de l’importance des gestes barrières et de distanciation pour s’en protéger , l’ACT regrette la levée des premières décisions de restrictions sans mesures d’accompagnement exposant les populations. L’ACT regrette également les nombreux « couacs » et retards notés dans la distribution de l’aide alimentaire qui n’aurait jamais dû donner lieu à des soupçons de détournements ou d’attribution de marchés dans des conditions d’opacité qui semblent être une marque de fabrique de ce régime.
Le bureau politique exige plus de transparence dans ladite distribution et plus d’équité.

Le Bureau politique de l’ACT tient à saluer la rapidité et la spontanéité qui ont permis diverses contributions pour la production de masques et visières de protection par des capacité locales, de respirateurs artificiels, de gels et études scientifiques de très haut niveau, démontrant ainsi la capacité d’innovation et d’entreprendre de notre jeunesse et la qualité de nos scientifiques.. Il appelle le gouvernement à mettre en place des mécanismes sérieux d’accompagnement de ces talents au-delà de la crise de la Covid-19.

Le Bureau politique tient à exprimer sa totale adhésion au choix fait par le compagnon Abdoul Mbaye d’envoyer des courriers contenant les suggestions et recommandations pour la lutte contre le Covid 19 plutôt que de se rendre au palais.
Le Bureau politique poursuivra tous les efforts nécessaires, à travers tous les canaux possibles et notamment en concertation avec les alliés du Congrès de la Renaissance Démocratique (CRD) l pour une meilleure transparence dans la gestion de cette crise.

Après l’échec de la première tentative de réouverture des classes, le Bureau politique réclame davantage de professionnalisme dans l’organisation de la reprise scolaire. Il exige des mesures d’accompagnement pour les enseignants ainsi que les élèves et étudiants par une dotation suffisante des établissements scolaires de produits d’hygiène et de masque. Il invite également les ministères concernés à associer de manière étroite les syndicats d’enseignement à la correcte préparation de cette reprise.

Le bureau politique invite l’Etat du Sénégal à accorder davantage d’intérêt aux PME, PMI, TPME qui ont été impactées par la crise sanitaire et qui constitue l’essentiel de notre tissu économique.
Il rappelle également toute l’importance qu’il convient d’accorder à la reprise des activités de l’agriculture et du tourisme. La campagne agricole doit être préparée de manière exceptionnelle prenant en compte les besoins futurs en céréales et les dysfonctionnements attendus en matière d’approvisionnement du marché local par les importations de denrées essentielles à l’alimentation des Sénégalais. En particulier, la distribution des engrais et des semences de qualité doit respecter les règles de la transparence et ne subir aucune influence politique.

Le tourisme mettra quelques années à se redresser. Conformément aux conseils donnés par le compagnon Abdoul Mbaye au Président de la République, il faudra toute une série d’actions engagées en direction de la promotion du tourisme interne pour permettre la sauvegarde de ce secteur déjà sinistré.
La Bureau politique a à cet égard rappelé que ces deux secteurs étaient ceux identifiés par le PSE pour tirer le Sénégal vers l’émergence.
L’Etat est invité à revoir sa politique économique et l’exhorte une nouvelle fois à ce qu’il accorde au tourisme une place particulière.
Il exhorte l’Etat à mettre en place un système de promotion et d’accueil des touristes nationaux etc.

En ce qui concerne les scandales qui continuent de secouer le pays, le Bureau politique a apprécié les postures prises par son Président mais également par le CRD. Il a loué le dépôt d’un recours auprès de la Cour suprême exigeant entre autres l’annulation des décrets par lesquels le Président de la République piétine le droit et les prérogatives d’une institution de la République, le CESE. Le Bureau politique dénonce avec la dernière énergie également l’accaparement injustifié du littoral et invite l’Etat à ouvrir des enquêtes sur cette occupation anarchique et à faire valoir le droit des populations sur cette partie. Par ailleurs, le bureau politique tient à noter que la résolution de la question foncière est une problématique nationale et doit donc être traitée dans un cadre global.

Le bureau politique note pour le regretter le manque d’eau qui est une catastrophe, surtout en cette période de pandémie ou le lavage des mains à toutes les heures est conseillé. Seneau est appelé à faire plus d’effort pour satisfaire ce minimum vital.
Au manque d’eau s’ajoute celui d’électricité. Le bureau politique s’en est indigné d’autant plus que le scandale Akilee-Senelec montre une volonté des autorités de ne point ménager les populations. En cela, il exige l’annulation du contrat afin que la procédure d’attribution de marchés puisse être reprise et respectée.

Au plan de l’actualité internationale, le Bureau politique dénonce les actes policiers et racistes qui se sont produits aux Etats-Unis. Il salue l’initiative du CRD de saisir à travers un courrier l’ambassadeur des USA au Sénégal.

Le bureau politique a tenu à saluer les réaménagements opérés au niveau des structures du parti visant la redynamisation de ses Mouvements, et encourage tous les compagnons à persévérer dans le renforcement du Parti pour la défense de l’idéologie du parti visant la mise en œuvre au Sénégal d’une autre politique résolument orientée vers la défense des intérêts des citoyens et non plus vers l’enrichissement d’une minorité politicienne », lit-on dans le communiqué.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here