Chers compatriotes,

Au sortir des meilleurs jours de l’annee, il nous fait plaisir de nous adresser à tous nos compatriotes ce jour de Arafat, où Le Tout Miséricordieux a transformé l’épreuve en fête.
Le sacrifice d’Abraham, que les musulmans du monde entier vont perpétuer en communion demain, est la manifestation suprême de la confiance au Tout Puissant.
À Pastef, nous croyons fermement que la politique dans laquelle nous nous investissons est une forme d’adoration, car notre seul objectif étant le mieux être de chaque Senegalais. Sans absolument rien attendre en retour.

Sans moyens, nous nous sommes investis corps et âmes pour servir le peuple, sourds et aveugles à toute tentative de corruption et résistants à tout obstacle ou peau de banane.
Une telle entreprise necessite de la patience. Une patience a toute épreuve. Le pouvoir n’est pas une fin en soi. Il est du domaine de Dieu.
Une victoire ne se matérialisera pas par l’obtention de ce que l’on désire, mais par la mise en oeuvre de tous les moyens légaux à notre disposition

Chers compatriotes,

Après l’annonce des Vap, la maladie nous a empêché d’être dès le début à vos côtés. Nos craintes d´un relâchement de l’initiative ont rapidement fait place à l’étendue verdoyante de 200 ha de terres labourées par des patriotes conscients des enjeux de l’heure.
Cette conscience citoyenne, révélée une fois de plus par la réussite de la campagne de don de sang vient de se perpétuer à travers les Vaps. Nous comptons la poursuivre à travers des Week-end d’Actions patriotiques (WAP). Il s’agira de mener des activités de reboisement, de promotion de comportement sains, etc.)

Nous magnifions cette conscience citoyenne qui nous porte même à croire que beaucoup de patriotes méritent autant sinon plus que nous notre place de président des patriotes.

Chers compatriotes,

Soyez conscients que nos pas de geants ne font pas que des heureux. Ils suscitent la jalousie, qui mène à la haine.
La jalousie s’est dressée devant tous ceux qui se sont mis résolument debout pour promouvoir le bien, en combattant un système. Tous les hommes politiques véridiques en ont fait les frais.
Serigne Touba Khadimou Rassoul a très bien expliqué ce vil et dangereux sentiment, qui détruit d’abord celui qui l’eprouve, dans Houtbou zawal.
Le Prophete Insa en a fait les frais. Mais il est resté résolument sur la voie de la droiture jusqu’à son ascension, car son entreprise, le bien être de l’humain, en vaut la peine.

Chers compatriotes,

Nul ne saurait se réclamer de la religion et chercher à séparer et semer la discorde entre les gens. Quand on se réclame de la religion on doit avoir un coeur pur pour souhaiter à l’autre tout ce qui lui arrive de bien.
Beaucoup de personnes ignorent mes relations avec le President Abdoulaye Wade, mais sachez que je l’apprécie surtout pour sa générosité de cœur envers tous, même ses adversaires. Bien que nos intérêts politiques soient divergents, il a été le premier à me mettre en garde contre la jalousie et la haine.

Chers compatriotes,

Le projet Pastef n’est pas un projet religieux.
Il est large et il est juste un projet ayant en son cœur l’humain. Ce projet veut ce qu’il y a de meilleur pour les fidèles de chaque religion, de chaque confrérie, de chaque ethnie.
La politique devrait permettre la mise en commun de tout ceci et ne devrait en aucune façon être une source de division et de menace sur la paix et de la cohesion sociale qui ont toujours prévalu au Senegal.

L’instrumentalisation de sensibilités ne saurait prospérer dans Pastef.
Parce que pastef ne fonde pas son espoir sur l’appartenance à tel ou tel groupe, plutôt que tel autre. Il se fonde sur l’amour qu’a chacun des 16 millions de Sénégalais pour la bonne gouvernance, les valeurs communes, la démocratie, et leur engagement pour la lutte contre le clientélisme et le recouvrement de la souveraineté

Chers compatriotes, je vous donne rendez-vous très prochainement pour de l’action, car Pastef est un parti d’action.

10 Commentaires

  1. Usu bébé du moment où tu essaies de justifier ou clarifier donc tu t enfonces! Qui se sent morveux se mouche Ayineuw T es pas clean.Tout politicien qui aspire ( c est presque valable pour toute ascendance) a un Lobby derrière lui Donc assume mec.

  2. Ousmane sonko, en matières de SENSIBILITES, POURQUOI NE NOUS PARLEZ VOUS PAS DES RELATIONS ENTRE:
    1. PASTEF ET LE MFDC
    2. OUSMANE SONKO ET LE SALAFISME

    CE SONT LA LES VERITABLES INTERROGATIONS DES SENEGALAIS SUR TON CAS !
    COMMENCEZ PAR BALAYER DEVANT VOTRE PORTE !
    AU FAIT S AGIT IL DU PATRIOTISME DE VOTRE « PAYS » LA CASAMANCE OU DE NOTRE PAYS LE SENEGAL ?

  3. Avec la faillite de l’approche laïque, on s’achemine inéluctablement vers le règne des religieux. Oui, qui d’autres que les ‘’Hommes de Dieu’’ peuvent détenir la recette véritable pour le salut – tant dans la vie présente que future ? Le Coran, n’est-il pas un éclaircissement de toutes choses ? (16. Les Abeilles : 89 – An-Nahl). Incontestablement, les vrais ‘’Hommes de Dieu’’ détiennent une Science et une Sagesse – et donc une clairvoyance qui leur permet de s’impliquer en politique (choix, orientations, conciliation, etc.). Il faut que les religieux s’impliquent en politique – et bien-entendu, dans le respect des principes de démocratie et des droits humains. Qu’ils prennent donc leurs responsabilités !
    Actuellement au Sénégal , il y’a beaucoup d’intellectuels croyants qui ont compris qu’il ne peut pas y’avoir de développement véritable en dehors de Dieu. S’ils ne s’impliquent pas en politique, les laïcs auront le champs libre pour instaurer leur nouvel ordre mondial d’essence franc-maçonnique qui ne mènera l’humanité qu’à la perdition.
    Au demeurant, Musulmans et « gens du Livre » (les chrétiens et les juifs) ont les mêmes valeurs et peuvent s’entendre sur l’essentiel, afin de réorienter notre pays sur la véritable voie du développement ; le modèle prôné par les occidentaux a montré ses limites ; ça ne marche plus ; et fallait s’y attendre. Oui, point de salut en dehors de Dieu …
    Il est incompréhensible qu’il ne soit pas mentionné dans notre constitution notre ancrage irréversible aux valeurs de l’Islam, la religion de l’immense majorité des sénégalais (plus de 95%). Oui, si nous n’étions pas hypocrites, nous aurions toujours recherché la conformité de nos lois aux principes de l’Islam qui, du reste, ne sont guère différents de ceux des autres religions monothéistes (Christianisme, Judaïsme). Ainsi, nous ne serions plus interpellés par les occidentaux sur l’opportunité d’une dépénalisation de l’homosexualité et de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ; la prostitution serait pénalisée et tous les lieux de débauche fermés – quand ont sait que les conséquences redoutables de la généralisation de la turpitude freineront toutes nos velléités de développement. Malheureusement, nos hommes politiques ont délibérément opté d’ignorer Dieu dans leurs démarches ; ils ne croient qu’à leur expertise (raison), quoique se réclamant croyants (musulmans ou chrétiens) ; oui, ils ont mis ‘’Dieu entre parenthèses’’ et ont délibérément choisi les libres-penseurs (agnostiques et autres incrédules), comme guides, modèles et maîtres à penser. Comment pourraient-ils donc agencer une cité juste et nous faire accéder à l’émergence véritable ?
    Au delà de leur rôle de médiateur social, les religieux doivent s’impliquer pleinement en politique pour mettre un terme à la dictature laïque qui est directement ou indirectement à l’origine de tous nos maux. En effet, en cautionnant une Constitution qui exclut totalement Dieu dans la gestion de notre pays, nous avons délibérément choisi la voie de la perdition. Oui, dans l’article 1er de notre Constitution, il est mentionné que notre République est laïque – c’est à dire qu’elle respecte toutes les religions – ce qui est une bonne chose -, mais s’interdit de s’en inspirer ; pour ces républicains (laïcs), le Coran et les autres Livres Sacrés (Thora et Évangile) n’ont aucune espèce d’importance ; bref, pour eux, Dieu n’a pas sa place dans la République ! De plus, cette même Constitution, en son article 4, interdit la formation de partis politiques se réclamant d’une confession (religion), tels les partis ‘’démocrates-chrétiens’’ observés pourtant dans les ‘’grandes démocraties’’ (Allemagne, entre autres) ; dans notre pays, il est autorisé pour un parti politique de s’inspirer de Karl Marx et Lénine, mais il est par contre formellement interdit de s’inspirer du Prophète Mouhammad (PSL) qui notre modèle parfait et éternel maître à penser. Et il s’agit-là indéniablement d’une violation manifeste de la liberté d’opinion qui est le premier pilier des droits de l’Homme. Et à l’évidence, notre pays ne sera jamais une véritable démocratie tant que les dispositions restrictives imposant la laïcité ne seront pas abrogées. Oui, la laïcité ne se décrète pas ; c’est une question de rapport de forces – Que les démocrates le reconnaissent !!! Et un débat sur la laïcité s’impose absolument ; c’est une voie obligée pour réorienter notre pays sur la véritable voie de l’émergence !!! https://docs.google.com/document/d/1KbhPzL9ONEnNYYSRH30DmzZ_wT59Z67kPPjNXgQMX5U/edit?usp=sharing

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here